D’où viennent les escape game ?

//D’où viennent les escape game ?

D’où viennent les escape game ?

C’est l’activité phare du moment ! Avec près de 1000 salles réparties sur tout le territoire, les escape game sont à la mode depuis déjà quelques années. Mais quelle est l’origine exacte de ce phénomène de société qui séduit tout le monde, petits et grands ?

Des origines antiques

Si l’on tord un peu la définition d’escape game, on peut faire remonter leur source à des centaines d’années en arrière avec la notion de labyrinthe. Selon la mythologie grecque, la première structure de ce genre avait été conçue par l’architecte Dédale à la demande du roi Minos pour y enfermer le Minotaure, une créature mi-homme mi-taureau. Toujours selon la légende, le héros Athénien Thésée serait le seul à en être sorti vivant, guidé par le fil d’Ariane. Qui serait donc la première Game Master de l’histoire !

Le labyrinthe végétal de Shining

Le concept de labyrinthe a séduit à travers les époques et a inspiré les jardiniers anglais du 16ème siècle. Ces derniers reproduisirent des structures végétales de plus en plus complexes, très prisées par les nobles et la royauté. L’un des plus beaux exemples est le labyrinthe de Hampton Court, dont les allées s’étendent sur plus de 800 mètres et les haies montent à 2 mètres de haut. Ce motif a été repris dans de nombreux films et romans, de Alice au pays des merveilles à Harry Potter, en passant par la célèbre scène du Shining de Kubrick. Sans oublier les dédales plus urbains d’Inception, pour ne citer que lui.

 

Des écrans à la réalité

Capture d'écran du jeu Myst

Mais le concept d’escape game tel qu’on le connaît aujourd’hui tire ses origines du monde vidéoludique. Un joueur enfermé dans une pièce devant trouver le moyen d’en sortir en utilisant son environnement, ça vous rappelle quelque chose ? Le système fit fureur auprès des joueurs, depuis le jeu textuel Behind closed doors, sorti en 1988, au carton planétaire de Myst en 1993 et au non moins célèbre Crimson Room, imaginé en 2004 par le Japonais Toshimistsu Takagi. C’est d’ailleurs ce dernier qui est considéré comme l’ancêtre des escape game.

 

Trois ans plus tard, en 2007, c’est un autre Japonais qui a l’idée de transposer ce concept dans la réalité. Real Escape Game, fondé par Takao Kato, proposait des événements spécialement conçus dans des bars ou clubs, s’inspirant de chaque localisation pour proposer un challenge unique. Le principe gagna rapidement en popularité et Real Escape Game s’étendit rapidement à travers tout le Japon…et très vite à travers le monde !

L’Europe mordue d’escape game

Il faut attendre 2011 pour que le virus escape game ne s’empare du vieux continent. C’est à Budapest, Hongrie, que Attila Gyurkovics fonde la société Parapark, pionnière en la matière. A l’époque, il ne réalise pas l’ampleur du phénomène en Asie et cherche surtout une activité originale pour des team building. Il se base pour cela sur les travaux en psychologie de Mihaly Csikszentmihalyi (comme ça se prononce) et ses travaux sur le Flow. Un an plus tard, en 2012, la première franchise voit le jour, toujours en Hongrie. Il s’agit de HintHunt, qui installera la première salle à Paris en 2013.

image produit la loi de la jungleAujourd’hui, ce sont pas moins de 712 enseignes qui se partagent 1933 salles dans 429 villes en France (sources). De quoi satisfaire la curiosité et les élans de liberté des plus acharnés !
Enigm’art a rejoint la danse à son tour en 2018 avec sa première enseigne située à Mougins, sur la Côte d’Azur. Une nouvelle franchise qui a tout de suite misé sur la diversité, en proposant pas moins de cinq salles dans quatre univers différents (Magie, Maya, Pirates et Jungle) mais aussi toute une expérience centrée autour de l’escape game. Boîtes à énigmes, jeux de société tendance escape, et depuis peu espace de réalité virtuelle. Bientôt la prochaine évolution du genre ?

2019-08-02T15:34:31+02:002 août 2019|Categories: Article|Tags: , , , , |